Taimyo dans ces Temps

Taimyo dans ces Temps

par Stephen Billias

Le coronavirus est une terrible crise de notre époque. Cela a affecté directement ma famille. Mon cousin germain Stephen Antonakos, un musicien de New York, alias Homeboy Steve, en est décédé il y a environ un mois. Un gars doux, drôle, talentueux, énergique, il était de tous les rassemblements de famille. Il nous manquera. Voici un lien vers son site Web, qui n’a pas été mis à jour depuis sa mort:

http://www.homeboysteve.com/homeboysteve.com/Home.html

Des milliers meurent. Des millions sont au chômage. Le pays et le monde sont confrontés à un avenir incertain. Il est possible qu’une dépression économique complète survienne, avec plus d’itinérance et de faim que jamais auparavant, et peut-être même des troubles civils.

Et pourtant, un peu de bien est sorti de ce temps aussi. Les gens cherchent la connectivité dans leur isolement. L’air et l’eau du monde se sont quelque peu éclaircis en raison de la baisse de la production industrielle de produits chimiques polluants. Il y a eu moins de crimes et plus de bonté entre les étrangers. Pouvons-nous trouver un moyen de continuer et d’étendre ces résultats positifs alors que le virus reculera ? Je l’espère.

Le poème ci-dessous n’est pas un haïku. Bien qu’il suive le format traditionnel de trois lignes, 5-7-5 syllabe, il manque un kigo (« mot de saison ») qui est un élément standard du haïku japonais, comme une référence aux cerisiers en fleurs au printemps ou les feuilles tournant à l’automne.

Ce n’est pas un haïku. C’est une distillation de ce que j’ai ressenti en pratiquant Taimyo kata presque tous les jours sur la chaîne de radio Shintaido de l’instructeur général Pierre Quettier. Tous les soirs à 17 h Heure de l’Est, je rejoins un groupe qui varie en taille, et nous faisons Taimyo ensemble en même temps. D’une certaine manière, cette pratique quotidienne est une excroissance du réseau Taimyo du Maître Instructeur Ito sensei. Il aspire à la même idée, celle que si plusieurs personnes font le kata simultanément partout dans le monde, cela pour guérir le monde. Pour moi, il a eu un fort effet calmant et centralisant. Comme Pierre le dit très poétiquement dans son gorei : «Tenez votre posture entre le Ciel et la Terre.»

Voici ce que j’ai écrit la nuit dernière après avoir terminé Taimyo kata:
Unifiié, néant
Ki-ichi-i, muso-i
Plein ou vide. Même.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *